Notre E-mag

L’atopie expliquée simplement 

27 avril 2022

L’atopie, ou dermatite atopique, est une maladie inflammatoire de la peau, une forme d’allergie d’origine génétique au cours de laquelle l’animal développe des réactions à des facteurs de l’environnement, le plus souvent des pollens ou des acariens de la poussière. Elle s’exprime par des démangeaisons et/ou une inflammation localisées sur différentes parties du corps. 

 

L’atopie au quotidien 

Les animaux atteints de dermatite atopique sont sujets aux infections cutanées par des bactéries ou levures, ce qui aggrave les démangeaisons et l’inflammation. Ils peuvent aussi souffrir des blessures qu’ils s’infligent en se grattant, et d’autres modifications liées à la maladie. Une fois le diagnostic posé, un traitement à long terme est généralement nécessaire. Cette maladie incurable évolue par poussées (crises) et l’objectif est de limiter le nombre et l’intensité de ces poussées.  

 

Plus d’un chien sur dix en souffre ! 

Cette affection est courante chez le chien, c’est d’ailleurs l’une des causes les plus fréquentes de démangeaisons. Certaines races sont plus touchées, comme le Bouledogue Français ou le Golden Retriever.  

Chien atopique MP Labo

Les chiens atopiques présentent des démangeaisons, parfois généralisées à l’ensemble du corps, ainsi que de l’inflammation au niveau de la face, des oreilles, des pattes, de l’aine et de l’ars. Ils souffrent souvent d’infections secondaires et d’otites récidivantes.  

 

Ils ont également un défaut de la barrière cutanée. Cette caractéristique, également décrite chez l’enfant atopique (atteint d’eczéma), signifie que la peau ne peut plus assurer son rôle protecteur contre la déshydratation et les micro-organismes. Cet état favorise également le passage dans la peau de différents allergènes d’origine environnementale (pollens, acariens, …) et le système immunitaire est alors sur-stimulé. 

Peau normale MP Labo   Peau avec défaut de barrière cutanée MP Labo

 

Et chez le chat ? 

La version féline de cette maladie n’est pas encore totalement comprise par les scientifiques. Les mécanismes, de même que les lésions et localisations sont différentes de celles citées précédemment chez le chien. En effet, chez le chat, l’atopie peut prendre des expressions variées, telles que des petites lésions crouteuses (dermatite miliaire), des épilations volontaires (alopécie auto-induite), de très fortes démangeaisons au niveau de la face et du cou (prurit cervico-facial), ou encore des lésions surélevées à l’aspect granuleux et/ou suintant (granulome éosinophilique). Ces signes sont généralement localisés au niveau de la face, de la bouche, du cou, de l’abdomen et/ou du tronc.  

Une prise en charge multimodale 

Si votre chien ou votre chat a été diagnostiqué comme atteint de dermatite atopique par votre vétérinaire, il est nécessaire de garder en tête que cette maladie, même si elle est généralement incurable, peut être bien contrôlée.  

Une prise en charge multimodale, c’est à dire combinant plusieurs modes de traitement, est nécessaire. Le traitement doit aussi être revu et adapté de façon régulière par votre vétérinaire.  

La gestion de la dermatite atopique se fait en 4 étapes : 

1. Identification et élimination des facteurs favorisant les crises. 

 La crise survient lorsque l’animal est sensibilisé à un allergène et que celui-ci est présent en grandes quantités dans l’environnement.  

Les acariens de la poussière de maison étant la source la plus importante, il convient donc de prendre quelques mesures pour contrôler l’exposition. Limiter l’accès aux chambres est une première mesure, ces pièces étant généralement très chargées.  

Il est recommandé de mettre en place un régime d’éviction avec des aliments nouveaux et/ou hydrolysés suivi d’une réintroduction de l’alimentation d’origine une fois que l’état de l’animal s’est amélioré. 8 semaines d’éviction sont généralement nécessaires.  

Il faudra veiller également à protéger efficacement les animaux atopiques contre les puces. Un traitement répété tout le long de l’année est indispensable, pour l’individu atteint mais également pour ses congénères, y compris durant l’hiver !  

2. Amélioration de l’hygiène et des soins de la peau et du pelage 

Si votre animal est atopique, il est indispensable de prendre soin de sa peau.  

L’utilisation d’un shampoing doux et non irritant est primordiale, et la fréquence d’un bain par semaine minimum est généralement recommandée. Chez le chat, il existe des alternatives, comme les shampoings sans rinçage ou encore les lingettes préalablement imprégnées.

Il a été démontré que l’ajout d’acide gras essentiels à la ration était bénéfique, car ceux-ci peuvent influencer la composition en lipides de l’épiderme et améliorer l’éclat et la qualité du pelage.  

3. Diminution des démangeaisons et des lésions cutanées à l’aide d’agents pharmacologiques 

Certains topiques (des produits à appliquer sur la peau) ou encore des médicaments à donner par voie orale ou à injecter peuvent calmer les démangeaisons. Votre vétérinaire vous conseillera la formulation la plus adaptée aux besoins de votre compagnon à 4 pattes. 

4. Prévention des poussées et des récidives 

La meilleure stratégie pour prévenir la récidive est l’élimination des facteurs de poussées, tant que cela est possible et/ou tant que ceux-ci sont connus.  

L’immunothérapie spécifique d’allergènes est un moyen efficace et sans risque pour diminuer les symptômes associés à la dermatite atopique, mais les effets bénéfiques n’apparaissent généralement qu’après plusieurs mois de traitement.  Patience donc ! 

 

Sources :  

Atopic dermatitis in cats and dogs : a difficult disease for animals and owners : cette revue de littérature donne une vue d’ensemble sur la dermatite atopique chez les animaux de compagnie, ainsi que sur les développements récents, telles que l’avancée des connaissances sur le contexte immunologique, les nouvelles options de traitement et les difficultés de gestion de la maladie.  

Clinical signs and diagnosis of feline atopic syndrome : detailed guidelines for a correct diagnosis : cet article rédigé par un sous-groupe du Comité international des maladies allergiques des animaux (ICADA) passe en revue les informations les plus récentes sur l’atopie chez le chat, notamment son expression clinique, et donne des recommandations pour faciliter le diagnostic de cette affection.  

DermaVet – Dermatologie Vétérinaire : ce site internet regorge d’informations intéressantes et pertinentes sur la dermatologie des chiens et des chats.  

A prospective, randomized, double blind, placebo-controlled evaluation of the effects of an n-3 essential fatty acids supplement (Agepi® ω3) on clinical signs, and fatty acid concentrations in the erythrocyte membrane, hair shafts and skin surface of dogs with poor quality coats : cette étude clinique démontre qu’il est bénéfique pour la qualité de la peau et du pelage d’ajouter à la ration des acides gras essentiels.  

MP Labo

Afin de recevoir des conseils pour votre animal et être informé de nos actualités

Je m'abonne à la newsletter

*Vous pouvez à tout moment vous désabonner