Notre E-mag

Le tube digestif du chien et du chat

19 décembre 2022

Le chien, le chat … ont-ils le même tube digestif ? 

Outre le nombre de dents – 30 dents définitives chez le chat contre 42 chez le chien -, et quelques dizaines de cm de plus pour le chien, l’anatomie du tube digestif présente finalement peu de différences entre ces deux espèces. 

 

Quels organes constituent le système digestif ? 

Le système digestif de nos compagnons à 4 pattes commence par la bouche – pour le chat – et par la gueule – pour le chien. La cavité buccale est constituée, entre autres, de la langue, des gencives, des dents et des glandes salivaires. Elle est suivie par le pharynx qui permet la déglutition. L’estomac fait suite à un long tuyau qui porte le nom d’œsophage. Le bol alimentaire – la nourriture broyée dans la cavité buccale et mélangée à la salive et aux sucs gastriques – va ensuite être évacué de cette poche en passant au travers d’une valve qui s’appelle le pylore. Il va ensuite rejoindre la première partie de l’intestin grêle : le duodénum. Les deuxième et troisième parties de ce long tuyau (plus d’un mètre chez le chat !) portent le nom de jéjunum et d’iléon. L’intestin grêle – ou petit intestin – est prolongé par le gros intestin, également appelé côlon. Cet organe comprend d’abord le caecum, puis est divisé en 3 parties : les côlons ascendant, transverse et descendant, et se termine par le rectum. La dernière portion du tube digestif se nomme l’anus. Autour de cet orifice se trouvent les glandes anales.  

Il existe également des organes dit annexes, comme le foie, la vésicule biliaire et le pancréas. La rate, bien que logée dans la cavité abdominale, n’a pas de fonction dans les processus digestifs.  

Quelles sont les fonctions des organes digestifs ? 

Lors de la prise de nourriture, les aliments sont d’abord broyés – très grossièrement – dans la cavité buccale, et ce grâce à la langue et aux dents. La salive de nos compagnons à 4 pattes, contrairement à la nôtre, ne contribue pas à la prédigestion des aliments, elle sert uniquement à leur lubrification.  

Après avoir été dégluti au niveau du pharynx et avoir transité par l’œsophage, ces aliments séjournent quelques heures dans l’estomac, où ils sont malaxés et mélangés aux sucs gastriques, des enzymes permettant leur digestion. Le pH qui y règne, particulièrement acide, intervient également dans ce processus.  

Après ce séjour dans cette poche formée de différentes couches de muscles, le contenu gastrique est évacué petit à petit dans l’intestin grêle. Tout le long de ce tube, le contenu digestif est mélangé au suc intestinal, digéré en nutriments et absorbé au travers de la paroi, puis rejoint la circulation. C’est dans la première portion de ce long tube, le duodénum, que sont déversés la bile et le suc pancréatique. La première est produite par le foie, puis stockée dans la vésicule biliaire, avant d’être déversée dans l’intestin grêle en empruntant le canal cholédoque. La bile permet la décomposition des graisses. Le suc pancréatique, quant à lui, est produit par la portion exocrine du pancréas. Il permet de réguler le pH du contenu intestinal et de digérer les protéines, les sucres et les graisses.  

Le gros intestin, ou côlon, a pour fonctions de terminer la digestion et de récupérer les produits de dégradation et l’eau, dans le but de former les matières fécales. Il est peuplé par une flore abondante, appelée également microbiote.  

 

Certains organes annexes du tube digestif, comme le foie et le pancréas, ont un rôle à jouer au niveau de la digestion des aliments et de l’assimilation des nutriments, mais pas seulement! Le foie, en plus de sécréter la bile, a des fonctions : 

  • détoxifiante : en dégradant les médicaments notamment ; 
  • de régulation du cholestérol ; 
  • d’excrétion des métabolites : la bilirubine est issue de la dégradation de l’hémoglobine ; 

sans oublier ses rôles de synthèse et de stockage.  

Le pancréas endocrine produit deux hormones : l’insuline et le glucagon, indispensables à la régulation de la glycémie, le taux de sucre dans le sang.  

La rate, bien que considérée comme organe annexe, n’est pas impliquée au niveau de la digestion. Elle a un rôle de réservoir sanguin et dans l’immunité, et intervient dans le renouvellement des cellules sanguines.  

MP Labo

Afin de recevoir des conseils pour votre animal et être informé de nos actualités

Je m'abonne à la newsletter

*Vous pouvez à tout moment vous désabonner