Notre E-mag

Les Acides Gras Polyinsaturés (AGPI) : quels sont-ils ?

23 février 2022

La découverte des rôles des lipides dans l’alimentation remonte aux années 1920. Aujourd’hui nous savons que les lipides sont les macronutriments les plus énergétiques et que 95 % des lipides alimentaires sont des triglycérides c’est-à-dire des molécules qui comportent trois acides gras fixés sur une molécule de glycérol. Ce sont les acides gras qui sont importants pour l’équilibre de l’organisme et ce sont eux qui donnent leurs propriétés aux lipides. On distingue les acides gras en fonction du nombre d’atomes de carbone et du nombre de doubles liaisons. Les acides gras polyinsaturés (AGPI) sont des acides gras qui contiennent plus d’une double liaison dans leur squelette. 

Les AGPI : classification 

Les lipides sont répartis en 3 sous-catégories : 

  • Les Triglycérides (Glycérol et acides gras) 
  • Les Phospholipides (Phosphore et acides gras) 
  • Les Stéroïdes (Dérivés du cholestérol).  

On retrouve 3 sortes d’acides gras : 

  • Les acides gras saturés 
  • Les acides gras monoinsaturés 
  • Les acides gras polyinsaturés qui comportent les OMEGA 3 et les OMEGA 6 

Dans la famille des oméga 3 (ω3), on retrouve l’EPA (acide eicosapentaénoïque) et le DHA (acide docosahexaénoïque). Selon des mécanismes complexes, ils possèdent des effets de modulation de l’inflammation. Le DHA est également indispensable à un bon fonctionnement des neurones. Les huiles de poissons constituent la source la plus intéressante d’oméga 3 puisqu’elles contiennent les formes directement actives chez le chat et le chien. La synthèse d’EPA ou de DHA à partir des oméga 3 d’origine végétale est très limitée chez le chien et presque anecdotique chez le chat. 

Dans la famille des oméga 6 (ω6), on retrouve l’acide linoléique (LA), indispensable et précurseur de l’acide arachidonique. L’alimentation apporte souvent plus d’oméga 6 que d’oméga 3, avec des rapports pouvant être très élevés dans certains régimes alimentaires particulièrement déséquilibrés (ex : BARF). Un excès trop prononcé d’oméga 6 par rapport aux oméga 3 tendrait à favoriser le développement de diverses maladies telles que les maladies cardiovasculaires, des cancers et diverses maladies inflammatoires et auto-immunes. 

 

Intérêts nutritionnels des AGPI au quotidien 

Les AGPI s’intègrent dans les membranes cellulaires dont ils modulent l’activité des protéines et la fluidité. En plus de leur rôle structurel au sein des membranes, ils ont un rôle fonctionnel en tant que source d’énergie ou en tant que précurseurs de messagers dans l’organisme.  

Une supplémentation en AGPI peut être utile lors des différentes phases de vie de votre animal : 

  • la croissance : le DHA est bénéfique pour l’immunité, l’apprentissage, le développement et la vision et les AGEPI jouent un rôle bénéfique dans le comportement. 
  • l’adulte à l’entretien : les AGPI favorisent la santé cutanée, le fonctionnement cérébral et modulent le taux de lipide dans le sang et les inflammations. De plus, l’EPA favorise la qualité des larmes. 
  • le chien senior : les AGPI limitent le vieillissement cérébral et protègent la fonction rénale. De plus, ils contribuent à moduler l’inflammation. 

Le fonctionnement des AGPI sur l’organisme 

Les AGPI peuvent être bénéfiques pour le bon fonctionnement de nombreux organes et peuvent même parfois être recommandés en cancérologie en association avec les traitements médicaux. 

Pour la peau et le poil 

Les 6 participent au maintien de l’imperméabilité cutanée, et à l’amélioration de la qualité du pelage ou d’une peau sèche.   

Exemple de la dermatite atopique canine : 

En cas de crise atopique, les ꙍ3 et certains oméga 6 (Le GLA, acide gamma-linoléique) contribuent à moduler l’inflammation, ont un rôle immunomodulateur, participent à la restauration de la barrière cutanée et ont un véritable effet anti-démangeaison. L’action des acides gras essentiels met du temps à s’établir : un mois minimum, deux pour être au maximum. Leur utilisation est donc bénéfique, même en période calme, et recommandée au long cours en complément des traitements.  

Pour les reins 

L’apport d’3 diminue l’hypercholestérolémie (taux élevé de cholestérol dans le sang), ce qui pourrait porter préjudice à la fonction rénale du chien comme c’est le cas chez l’homme. De plus, il diminue la protéinurie (la présence et donc les pertes de protéines dans les urines) et améliore le travail de filtration du rein. 

Exemple de la maladie rénale chronique : 

En cas de maladie rénale chronique, les AGPI favorisent le fonctionnement rénal et préservent la fonction rénale. De plus, ils réduisent l’inflammation et diminuent la pression artérielle. 

Pour les articulations 

Les différents types d’acides gras ont des effets différents sur l’inflammation des tissus articulaires. Les 3 réduisent l’expression des marqueurs inflammatoires, diminuent la dégradation du cartilage, le stress oxydatif dans les chondrocytes, la douleur et la production de prostaglandines. 

Exemple de l’arthrose : 

En ce qui concerne l’arthrose, les oméga 3 protègent le cartilage et diminuent l’inflammation. Ils améliorent la mobilité en 6 semaines. Plusieurs études ont démontré des résultats positifs des oméga 3 (EPA, DHA), notamment sur l’arthrose du chien tel que sur la hanche et le coude. 

Afin de recevoir des conseils pour votre animal et être informé de nos actualités

Je m'abonne à la newsletter

*Vous pouvez à tout moment vous désabonner par e-mail.